Trump : l'ombre de "l'impeachment"

  • Source: : Seneweb.com | Le 18 mai, 2017 à 22:05:42 | Lu 1593 fois | 0 Commentaires
content_image

Trump est empêtré dans "les affaires russes" depuis le tout début de sa mandature./

On ne destitue pas un président américain simplement parce qu'il paraît incompétent ou parce que la presse l'a pris en grippe. Seules quelques voix isolées au sein de la gauche du parti démocrate parlent ouvertement d'"impeachment".

Ce terme constitutionnel décrit la procédure par laquelle la Chambre des représentants vote des actes d'accusation qui sont ensuite transmis au Sénat. La chambre haute se transforme alors en jury. Un procès public y a lieu au terme duquel un vote des sénateurs détermine si le président est coupable.

Pour le moment on n'en est pas encore là. Les leaders de la minorité démocrate du Congrès n'osent pas soulever publiquement l'hypothèse traumatisante de la destitution. De leur côté les leaders de la majorité républicaine, de plus en plus mal à l'aise avec les méthodes du Président Trump, cherchent à calmer le jeu. Ils affirment néanmoins vouloir faire rapidement la lumière sur les manœuvres supposées de la Maison blanche pour empêcher le FBI d'enquêter sur le rôle de la Russie dans sa campagne. De là à voter des actes d'accusation, il y a encore du chemin à faire mais la Maison Blanche a de quoi s'alarmer.

À Washington aujourd'hui nombreux sont les journalistes zélés qui rêvent de gloire, à l'image de Bob Woodward et Carl Bernstein du Washington Post qui en 1975 ont contribué à faire tomber Richard Nixon. Ce dernier n'a cependant pas été "empêché" (c'est-à-dire inculpé) puisqu'il a démissionné avant le vote de la Chambre des représentants.

Dans un climat partisan sans précédent, la presse américaine assume le rôle de parti d'opposition. Elle fait le travail d'un parti démocrate qui a aussi perdu en novembre dernier les élections législatives. Quasi-unanime, à l'exception de Fox News, les médias se sont fixé une priorité : découvrir le délit susceptible de déclencher la procédure qui couperait court à la présidence d'un Donald Trump qu'elle déteste ouvertement et qui littéralement les insulte régulièrement.

"L'obstruction à la justice" pourrait être ce crime : il faudrait prouver que la Maison blanche a délibérément voulu bloquer l'enquête du FBI sur l'influence que la Russie aurait voulu exercer sur la campagne de Donald Trump. Lorsque ce dernier, à la surprise générale, a limogé le Directeur du FBI, James Comey, pour des motifs peu convaincants, le scénario de "l'impeachment" est devenu brusquement moins improbable.

Maintenant que le New York Times produit un compte rendu (mais pas la copie) d'un mémo de James Comey indiquant que Donald Trump lui avait dit "j'espère que vous pouvez laisser tomber (cette enquête)", la thèse de l'obstruction à la justice est renforcée.

"Il est difficile de ne pas voir les contours d'une tentative par M. Trump de couper court à une enquête pénale qui pourrait remonter au plus haut niveau de sa campagne et de son administration" affirme le New York Times.

Dès le premier jour, en quelques déclarations lapidaires, Donald Trump a commis l'incroyable erreur de se mettre à dos la communauté du renseignement, du FBI à la CIA en passant par de nombreuses autres agences dotées de moyens de nuisance colossaux. Il ne peut pas compter sur leur sympathie aujourd'hui. Au contraire. Elles sont trop heureuses de faire fuiter tout ce qui peut nuire au Président.

Sa politique d'ouverture de dialogue avec Poutine est d'emblée sabotée par des services qui soupçonnent l'entourage de Donald Trump de tropisme russe.

"Pour le moment, ce que l'on dit est que Trump est un président qui ne travaille pas beaucoup, qui est extraordinairement confiant dans ses intuitions et jugements… Il ne semble pas avoir beaucoup de respect pour les institutions qui sont conçues pour lui apporter cette connaissance détaillée" résume Michaël Hayden, ancien patron de la CIA et de la NSA.

Donald Trump dont la naïveté politique est évidente, n'a rien de Richard Nixon. Mais s'il a fait un jour des promesses secrètes à des proches de Poutine, le FBI le découvrira. Ce jour-là, les républicains le lâcheront.


Auteur: La Dépêche du Midi - Seneweb.com




Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com