Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

L’histoire de la fille qui voulait devenir journaliste !

Posté par: Alassane Niang| Jeudi 17 novembre, 2016 20:11  | Consulté 4736 fois  |  1 Réactions  |   

Elle s’était levée à 6H du matin pour ne pas être en retard de son premier rendez-vous d’entretien. Elle prit le temps de se faire belle et très belle même. Qu’importe le fait qu'elle soit sexy, elle devait décrocher ce job, et pour cela, elle devait sortir du lot, elle devait sortir tous les atouts, sa taille de guêpe, lacérée d’une décolletée étouffante et d’une jupe de fente qui laissait percevoir ce porte- jarretelle mystérieuse comme Catewoman, cette femme fatale. Le rouge à lèvres et les lunettes d’intello cachaient son jeu subtil et la donnaient cet air d’une fille innocente et sage, que dira-t-on de ces diplômes et compétences inexistantes qu’elle avait mentionnées dans son CV ? Elle jouait un jeu dangereux et elle en était consciente, elle devait coûte que coûte appâter et charmé le directeur des ressources humaines. Malgré une pluie battante, elle sortit de son appartement, laissant Fatou Ndiaye qui continuait de ronfler après une nuit endiablée de Pape Diouf à Barramundi et elle prit un taxi
Mermoz à Tv2, s'il vous plaît.
-C'est 2500 fr mademoiselle.
-Ok, c'est bon allons-y.
Sans trop s’attarder sur des marchandages avec le taximan pour ne pas perdre du temps, elle prit place à l'arrière et en profitait aussitôt que la voiture redémarra, elle se mit à nettoyer les gouttes d'eau qui ont failli gâché son maquillage, le taximan visiblement touché par une telle beauté, n'arrêtait pas de regarder à travers le petit miroir suspendu en haut du pare-brise pour déguster ce délicieux déjeuner matinal, elle était en train de déboutonner sa chemise blanche pour mettre en valeur sa poitrine et le rouge à lèvres qu'elle passait et repassait sur ces lèvres, en faisant toujours ce geste de bijou pour qu'elle soit impeccable et bien pulpeuse. Le taximan oubliait même qu'il conduisait tant ce qu'elle venait de voir était inédite, il ne se rendait même pas compte qu'il était arrivé, n'eut été l'attention de la belle demoiselle, qui dit aussitôt.
-Chauffeur, chauffeur tu as dépassé l'immeuble, c'est derrière !
Comme emballé et gêné que l'on l'attrape la main dans le sac, il dit aussitôt d'un ton précipité comme si un cri sournois le réveil dans un profond sommeil.
-À OK ,moi dé, j'ai oublié même, il rebroussa aussitôt chemin pou repartir en arrière.
Arrivé prés de l’immeuble, elle descendit après avoir donné 3 000 fr au taximan faute d'avoir un billet de 500 frs et la supplie alors de garder la monnaie non sans donner une quelconque attention aux nombreuses prières et remerciement du chauffeur à qui, il avait permis de passer un début de journée agréable. Désormais, elle se tenait là devant ce grand bâtiment, le siège de la Tv2 , l’un des plus grands groupes du pays, ainsi, elle voulait être journaliste, alors qu’elle avait arrêté ces études en classe de seconde, sur une recommandation de l’un de ces plus grands admirateurs Serge qu’elle avait rencontré, le soir autour d’un verre au temps où elle était la reine de la nuit, elle faisait le bon temps, elle était la fille la plus demandée à cette époque. Maintenant, elle était là en train de réaliser son rêve et qu’importe le prix qu’elle avait payé et qu’elle payerait après. Elle va la réaliser. Elle demanda à l’accueil le bureau du Directeur des ressources humaines Mr BA, on lui rétorqua que c’était au deuxième étage, elle trouva une secrétaire qui la disait d’attendre, avec un regard bizarre teinté de mépris, elle téléphona, pour dire à Mr Ba, qu’une certaine Mademoiselle Faye l’attendait après avoir raccroché aux téléphones, elle se leva, d’une manière pas du tout enthousiaste, elle était paresseuse ou inquiète que son poste soit menacée par une Personne beaucoup plus belle qu'elle, elle invita Madame de la suivre, arrivée à la porte, elle l’ouvrit et la dit aussitôt,
-veuillez rentrer mademoiselle Faye ,
Surprise par une telle gentillesse soudaine ou de l'hypocrisie tout simplement, elle lui répondit :
-Merci madame, c'est gentil.
-Bonjour Mademoiselle, Faye, j’espère que l’on ne vous a pas fait trop attendre ?
Mr Ba était gros, il transpirait tout le temps malgré la clim qui était allumé, il fumait à tout-va et toussait de temps en temps, son gros ventre visible lui donnait l’aspect d’une personne qui aimait faire la belle vie et les belles choses, et cette dame était une belle chose pour la laisser partir, la façon dont il regardait la demoiselle était flagrante et choquante
-Non Mr Ba au contraire, je n’ai pas trop attendu et merci pour votre disponibilité, comme une fille innocente qui a du mal à ouvrir sa bouche pour laisser sortir une seule voix.
-Ah bon, bien, Voulez-vous du café, pour se réchauffer de cette pluie tenace et froide ?
Avec cet air troublé qu’il avait du mal à cacher devant une telle beauté
-Non merci, je ne bois pas de café
-Revenons sur le sujet, j’ai pu voir votre dossier et honnêtement si je vous ai appelé, c’est par ce que, je trouve votre profil très intéressant et les études que vous avez menés me pousse à vous avoir auprès de nous ajouter à cette beauté qui ne m’a pas déçu, oui serge avait bien raison. Il cherchait là une voie pour peser la demoiselle et il continua :
-Pourrais-je avoir la copie de vos diplômes certifiés ?
Cette question était pour elle, un glaive qu’elle attendait, après un long temps de silence, elle dit :
-Malheureusement non, tous mes diplômes sont Emporté par le feu, j’ai été victime d’une incendie, j’ai tout perdu, il ne me reste que cette attestation de passage à la seconde.
-Je suis désolé mademoiselle, mais sans ces diplômes, je ne peux rien faire pour vous, si je dois recruter, je dois le faire avec des personnes compétentes qui répondent aux profils que je cherche
Faisant mine de pleurer, croisant et recroisant ces fines jambes comme si le stress a failli la gagner, et maintenant, elle pleurait à chaude l’arme ou elle faisait semblant, ces bras levés vers son visage pour essuyer ces larmes de telle sorte que sa poitrine puisse être visible. Elle remarquait que Mr Ba ne fixait que ça l’air dérangé desserrant de temps en temps sa cravate comme si la chaleur la gagnait, oui, il était excité ce qui se disait était vrai donc, ce monsieur Ba est un vrai coureur de jupons, un pervers tout court.
-Non vous aussi mademoiselle Faye ne pleurez pas.
Il se leva et vint s’asseoir près de la demoiselle, les yeux fixés sur les cuisses de la dame, il était totalement focus comme une personne affamée devant un plat de poulet.

-Si je suis un soutien de famille, ma mère est malade, mon père est mort et mes frères comptent sur moi pour vivre et je ne sais quoi faire, elle mentait et c’était le but, mentir pour avoir ce qu’elle voulait.

Comme s’il attendait une brèche pour y engouffrer Mr Ba répliqua,

-Je pense qu'y a une solution

-Ah bon, comme si elle était étonnée alors qu’elle voyait venir et elle attendait comme lui d’ailleurs.

-Oui, tu sais, tu es très belle, je pourrais faire quelque chose pour toi à condition que tu couches avec moi, je ne peux plus résister à ce charme

C’était ce qu’elle attendait et pour ferrer la proie, elle fit d’abord la difficile

-Quoi ! Vous croyez que je suis une pute ? Vous m’avez vraiment déçu Mr Ba , je n’aurais jamais cru que Serge allait me présenter ce genre de type.

Visiblement vexé comme s’il lançait le dernier assaut quitte à perdre ou à gagner, il s’emporta :

-Écoutez mademoiselle, je ne peux rien faire  pour vous sans ça alors acceptez et vous serez célèbre, vous serez la reine ici et vous serez bien payée.

Faisant semblant de réfléchir dans un silence de tromperie, suivie d’un soupir comme pour montrer qu’elle n’avait pas le choix, elle accepta et prit le soin que l’on mette d'abord sur la table pose  le contrat pour qu’elle signe et c’est là qu’on remarquait qu’elle était loin d’être dupe.

Elle signa et dit aussitôt,

- ben, je commence ? Croyant pouvoir enfariner Mr Ba qui commençait déjà à détacher sa cravate et ce dernier  lui dit :

-Je suis prêt :!

-Vous ne pouvez pas attendre, là, je viens de choper la rhume et je ne veux pas vous contaminer isssshoooooo !! Elle jouait, un éternuement pas du tout naturel.

Mr Ba qui avait compris le jeu, qui commençait à s'exciter, il aimait que l’on le contrarie.

-Viens ou j’annule ce contrat.

D’un ton plus que menaçant, l’instinct animalier qui sommeillait en lui venait de se réveiller

Et là, elle ne se fit pas répétée , elle se déshabilla pour se mettre sur le canapé d’à côté , eh bien le voilà devenu l’égérie de la promotion canapé, dès qu’elle a fini, elle s’est sentie pour l'énième fois salie comme toujours à chaque fois qu’elle passe à l’acte, elle avait réussi à avoir ce qu’elle voulait, la voilà qui sort, la tête sans dessus et sans dessous, le maquillage périmé, la chemise décolletée, froissée, elle ne sortait pas comme elle était venue, elle se précipitait sans même dire un merci à la secrétaire, qui la comprenait, elle aussi était passé par là et maintenant cette fille a réveillé ce dur souvenir qui était ancré au plus profond d'elle-même comme tant d’autres un pacte avec le diable qui n’était qu’un long fleuve plein de turpitude ou les traversés exigent de nombreux sacrifices. Une histoire qui montre souvent une société ou la compétence est mise à rude épreuve par le pouvoir du sexe. 

 L'auteur  Alassane Niang
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Street boy En Novembre, 2016 (11:19 AM) 0 FansN°:1
terrible et terrifiant, tellement rependu partout dans les entreprise il y a cette incompétente ou incompétent dont on sait les vrai raison de sa présence dans le chaînon de l'organigramme de l'entreprise et remet en question la pertinence d’être compétant.

Ajouter un commentaire

 
 
Alassane Niang
Blog crée le 24/05/2016 Visité 185572 fois 92 Articles 2305 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Que nous sommes injustes!
Les enseignements à tirer de cette élection législative .
Les enseignements à tirer de cette élection législative .
Les enseignements à tirer de cette élection législative .
Les tops et les flops de la campagne des différentes coalitions
Commentaires recents
Les plus populaires
La mort programmée du Thiebou Dieune
Moi aussi Karim m’a appelé
Karim Wade va –t-il accepté d’être gracié par Macky pour être son futur vizir ou refuser pour être son futur challenger ?
Et pendant ce temps les jeunes de Colobane croupissent en prisons par ce qu’ils sont des Badolos
L'hôpital sénégalais est un mouroir !