Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

L'avenir de l'Algérie entre les mains d'une bataille de succession.

Posté par: Alassane Niang| Jeudi 22 juin, 2017 17:06  | Consulté 327 fois  |  0 Réactions  |   

Vieux, muet, assis sur une chaise roulante, l’homme qui dirige aujourd’hui l’Algérie n’est plus que l’ombre de lui-même, atteint en 2013 d’un AVC (accident vasculaire cérébral).

Le président Abdoul Aziz Bouteflika n’est plus présent, il est au soin à cause d’une santé fragile. Sa fin prochaine ne serait qu’une question de temps alors que l’Algérie connaît actuellement l’une des plus graves crises financières de son histoire avec une baisse des coûts d’ hydrocarbures, un taux de chômage important chez les jeunes 27 % qui constitue aujourd'hui 50% d’une population de 39,5 millions, une jeunesse qui gronde de d'emplois comme partout dans les pays maghrébins ,ajouté à la menace terroriste de plus en plus présente dans une région instable avec des frontières poreuses. 

Le régime qui ne s’est pas préparé  face à une telle situation, se livre aujourd’hui à une guerre interne de succession entre Said Bouteflika, le frère cadet du président qui n’a cessé de prendre de plus en plus d’importance et le général Gaid Salah nommé vice-ministre de la Défense et chef de l’armée, le vrai patron des services de renseignements.
Ces deux adversaires s’étaient alliés en un temps pour se débarrasser du général Toufik l’ancien patron des services de renseignements mise en retraite en septembre 2015 par un président Bouteflika qui voulait coûte que coûte détenir entre ces mains les pleins pouvoirs. Depuis lors, les données ont changé, le clan Bouteflika plongé dans divers scandales de corruptions, veut aujourd’hui protéger ces arrières et ceux de ces partenaires milliardaires, la famille du président Bouteflika est très présente dans la gestion de l'État, ces 3 frères et une sœur sont tous devenus des ministres conseillers. Ce clan voit en Said Bouteflika, le frère cadet, un garant de leur sécurité et la continuité de leur système, faute de trouver des profils dignes de confiances à la personne d'Ahmed Ouyahia, actuel directeur de Cabinet du président de la République par ailleurs chef du RND, d'Abdelmalek Sellal, Premier ministre ou du général major Abdelghani Hamel, actuel patron de la police. Said Bouteflika a pris une avance considérable depuis 2012, on parle de lui comme un président par procuration, car il nomme et limoge selon ces souhaits.
De son côté, le général Gaid salah continue de foncer, la tête baissée et visage masqué, il bénéficie en dehors du général Toufik, son ennemi qui n’a plus son influence d’antan, le soutien des différents généraux de l’armée. Ces nombreuses apparitions médiatiques prouvent son ambition de se substituer à un président malade devenu invisible. Une grande muette comme l’armée qui se prononce sur les affaires politiques en proposant de manière implicite une alternative politique tout en se servant de la menace terroriste pour regrouper le peuple et braquer la lumière sur leur patron, Gaid Salah n'a qu'un seul but prendre le pouvoir, se cacher sur des prétextes d’une manque d’ambition politique, ne fait que confirmer la volonté d'atteindre cet objectif.

Les différentes visites avortées de la chancelière Angela Merkel, du président iranien Hassane Rohani montrent que l’Algérie est devenue un État ou la gouvernance est partagé entre l’armée d’un côté et le clan Bouteflika de l’autre. La disparition prochaine du président risquerait de faire rentrer le pays dans une grave crise politique qui pourrait fragiliser encore plus une région devenue ces temps-ci le noyau dur du terrorisme en Afrique (Mali, Libye). Quant à la France, elle ne doit en aucun cas négliger cette situation qui pourrait créer chez elle une crise sans issue avec une très forte colonie algérienne dans ces banlieues attachée à leurs pays et à leur culture, la France et en jeu sa cohésion sociale. Les autres pays qui ont aussi des frontières avec l'Algérie doivent réagir avant que le printemps ne se transforme en coup d'État.

 L'auteur  Alassane Niang
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Alassane Niang
Blog crée le 24/05/2016 Visité 187644 fois 92 Articles 2611 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Que nous sommes injustes!
Les enseignements à tirer de cette élection législative .
Les enseignements à tirer de cette élection législative .
Les enseignements à tirer de cette élection législative .
Les tops et les flops de la campagne des différentes coalitions
Commentaires recents
Les plus populaires
La mort programmée du Thiebou Dieune
Moi aussi Karim m’a appelé
Karim Wade va –t-il accepté d’être gracié par Macky pour être son futur vizir ou refuser pour être son futur challenger ?
Et pendant ce temps les jeunes de Colobane croupissent en prisons par ce qu’ils sont des Badolos
L'hôpital sénégalais est un mouroir !