Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Est-ce que l’Etat est présent en Casamance ?

Posté par: Alassane Niang| Mardi 09 janvier, 2018 13:01  | Consulté 356 fois  |  0 Réactions  |   

 

Une barbarie que je condamne et espère de l'Etat qu’il prenne toutes les dispositions pour que justice soit faite. Je profite de cette occasion pour compatir et partager la douleur avec toutes les victimes sénégalaises. Les nombreux communiqués et déclarations m’ont permis à tête reposée et sans aucune prise parti ou émotion de voir un peu plus claire sur cette affaire et sur la situation casamançaise en générale. Permettez-moi de vous partager les déclarations des acteurs sur cette affaire et de faire après une petite analyse sur la place de l’Etat dans la crise casamançaise.

-Sur l’implication du Mfdc.

Toutes les structures du Mdfc se sont précipités pour condamner et se dédouaner de ce massacre dans la forêt de Bofa-Bayottes , mais Selon Pierre Goudiaby Atépa, président des cadres de la Casamance, c’est le Mfdc qui est l’instigateur de cette tuerie, il dit « Nous pensons que c'est le Mfdc qui a tué ces gens-là. Ce sont des membres du Mfdc. Seulement, nous pensons qu'ils n'avaient pas pour mission de tuer. On a dû leur dire : "cette affaire-là, ça suffit essayez de leur faire peur entre guillemets pour qu'ils ne reviennent pas (Ndlr: les coupeurs de bois)". Mais nous pensons que ça a dégénéré. C'est le Mfdc et personne d'autre »une information de taille, un autre communiqué fait le 15 décembre 2017 est sortie comme une mise en garde , réactualisé sur sa page facebook par Jean Marie François Biagui Ex secrétaire général du Mfdc au lendemain de cette tuerie , ce communiqué dit « que le Mfdc prend en charge la protection des ressources naturelles de la Casamance », surtout dans la forêt de Bayotte ou 4 jeunes qui s’opposaient à la coupe clandestine de bois ont été arrêté et condamné à 1 mois ferme , de ce communiqué qui avait plus l’air d’un mis en garde , le témoignage aussi de l’un des rescapés de cette tuerie dénombre une trentaine d’homme masqués et de l’un d’eux portant une perruque, ce nombre important d’hommes armés est exceptionnel pour une bande armée qui sévisse dans une zone ou l’armée et les hommes du Mfds sont présent . 30 hommes lourdement armées ne peuvent aujourd’hui passer inaperçus dans une forêt ou le Mfdc dit contrôler, ce qui dénote aussi les limites de l’influence de l’Etat dans le département de Ziguinchor.

-Sur la présence de l’état en Casamance

La Casamance depuis les années d’indépendance du Sénégal a été utilisée comme un vulgaire réservoir de richesse, accentué par la politique de centralisation qu’adopter Senghor et par son prédécesseur Abdou Diouf qui a plus opté pour une division au sein du mouvement que par une recherche sincère d’une paix. Avec le président Abdoulaye Wade cette tendance n’a pas été renforcée par les fameux "Monsieur de la Casamance", maquillée par un traité de paix en 2004 qui a trouvé le mdfc divisé en son sein avec plusieurs chefs armés plus ou moins impliqués dans ce processus. Ce long processus n’a pas été accompagné par un politique de désenclavement de la Casamance , la région naturelle est resté telle, un terreau de banditisme et de trafic de bois et de drogues sans une réelle politique d’emplois pour les jeunes et aucune infrastructure réelle dans les villages et communes, les ressources naturelles et les forêts en ont pâtis sans que la population n’en bénéficie, les quelques manifestations des populations contre l’exploitation du zircon, le bois de Tek et les matériaux de pêches ont été matés par des arrestations et condamnations des manifestants, ce qui est un paradoxe, et même une violation des droits données par la constitution aux populations locales d’avoir un droit de regard sur leur ressource naturelle , en effet quand on veut la paix, on fait des concessions, mais aussi, on ne prône pas l’injustice et on essaye de réduire les disparités, l’absence de l’Etat en Casamance est alarmant, si l’Etat protégeait réellement la forêt, les rebelles ne seront pas obligés de le faire, si l’Etat prenait les réalités socio-culturelles tous ces événements malheureuses seront peut-être évités. La Casamance a besoin d’enclencher un processus développement durable et l’Etat doit être l’acteur principal de ce processus, les Casamançais doivent sentir qu’ils sont d’abord des Sénégalais avant d’être des Casamançais.

 L'auteur  Alassane Niang
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Alassane Niang
Blog crée le 24/05/2016 Visité 220923 fois 102 Articles 4638 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
La mort programmée du Thiebou Dieune
Moi aussi Karim m’a appelé
Karim Wade va –t-il accepté d’être gracié par Macky pour être son futur vizir ou refuser pour être son futur challenger ?
Et pendant ce temps les jeunes de Colobane croupissent en prisons par ce qu’ils sont des Badolos
L'hôpital sénégalais est un mouroir !